En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant la mesure d'audience. OK Refuser

Plaies

Qu’est-ce qu’une plaie ?

Une plaie est une déchirure de la peau liée à un accident ou à une intervention chirurgicale 10, généralement associée à une perte de sang 11.

On peut distinguer deux principaux types de plaies : les plaies chroniques et les plaies aiguës.

  • Les plaies chroniques sont caractérisées par une absence ou une difficulté de cicatrisation au-delà de 6 semaines. Elles sont liées à des atteintes cutanées importantes ou étendues, et à des terrains favorisants (diabète, tabagisme, troubles vasculaires, dénutrition…)11. Elles incluent principalement les ulcères de la jambe, les escarres et les plaies diabétiques.11,32
  • Les plaies aiguës présentent un temps de cicatrisation normal.11 Elles incluent notamment les éraflures, les écorchures, les coupures, les brûlures 12, les morsures ou les plaies chirurgicales 11.
Plaie en cours de cicatrisation à la main gauche

Plaie en cours de cicatrisation

Une plaie est également caractérisée par sa profondeur : elle est dite « superficielle » lorsqu’elle ne concerne que la peau et le tissu sous-jacent, et « profonde » lorsqu’elle atteint les nerfs, les artères ou les organes.10

En fonction de son origine ou de sa cicatrisation, il est possible qu’une plaie sécrète un excès de fluide, nommé « exsudat » 33 ; il s’agit alors d’une plaie humide, dite « exsudative » 34. A l’inverse, si la plaie sécrète peu ou aucun exsudat, elle est considérée comme une plaie sèche.35

Quels sont les risques et les complications liés à une plaie ?

Certaines plaies exposent à des risques graves et nécessitent une consultation médicale rapide. C’est en particulier le cas de plaies ouvertes, profondes, étendues, saignant abondamment ou par pulsations, et provoquant un risque de lésion au niveau des tendons, des nerfs, des vaisseaux sanguins ou des organes.32

Une plaie peut également s’aggraver et exposer à certaines complications, parmi lesquelles :

  • l’infection cutanée 11,32 ;
  • la nécrose 11, ou mort du tissu 36 ;
  • un retard de cicatrisation 32,37 ;
  • une cicatrisation anormale ou inesthétique 37 ;
  • un risque tétanique, notamment en cas de retard de vaccination.11,32

Comment prévenir les complications d’une plaie ?

Les complications susceptibles d’avoir lieu à la suite d’une plaie peuvent être évitées grâce à quelques gestes simples :

  • soigner et panser correctement la plaie 38 ;
  • surveiller l’état infectieux de la plaie et consulter rapidement en cas d’apparition de symptômes tels qu’une rougeur, un œdème, un écoulement de pus 38,39, une reprise du saignement 39, une augmentation de la douleur ou de la fièvre 38 ;
  • vérifier la vaccination contre le tétanos. Si cette dernière n’est pas à jour, il est nécessaire de consulter un médecin dans les 48 heures 38 ;

vaccination

  • favoriser la bonne cicatrisation de la plaie en maintenant celle-ci en milieu humide.32,37 Pour les petites plaies superficielles, cela peut être réalisé grâce à l’application d’un gel hydratant de type Flamigel®  sur la zone lésée.1

Comment soigner une plaie ?

Toute plaie, même de petite taille, doit être correctement prise en charge afin de favoriser une bonne cicatrisation.32

Pour cela, il est en premier lieu nécessaire de nettoyer et de désinfecter la plaie :

Désinfection d’une plaie sur la jambe

  • le lavage des mains à l’eau et au savon doit être réalisé avant de commencer le soin 32,38 ;
  • le nettoyage de la plaie permet ensuite d’enlever le sang et toutes les impuretés présentes en regard de la lésion.32 Il peut être effectué avec de l’eau tiède 32, du savon 38 ou du sérum physiologique 32 ;
  • la désinfection de la plaie doit être exécutée à l’aide d’une compresse et d’une solution antiseptique, en partant du centre jusqu’à l’extérieur de la zone 32 ;
  • la pose de bandelettes adhésives sur la plaie séchée peut être réalisée en complément du soin.32 Ces dernières permettent de rapprocher les bords de la lésion 32,39 afin d’obtenir une cicatrisation de meilleure qualité 32.

 

La plaie doit ensuite être protégée par un pansement adapté.32 L’utilisation d’un pansement permet en effet de maintenir la plaie dans un environnement favorable à la cicatrisation : il conserve l’humidité, constitue une barrière de protection et absorbe les exsudats.40 Il doit être choisi en fonction de l’aspect de la plaie 40 :

  • un pansement absorbant peut être utilisé sur une plaie humide, afin d’absorber un exsudat modéré ou abondant 35 ;
  • un pansement hydrogel, très hydratant, peut être utilisé en cas de plaie sèche ou peu exsudative 35 ;
  • un pansement gras peut également être utilisé afin de favoriser l’hydratation d’une plaie sèche 40 ;
  • un pansement hydrocolloïde occlusif peut contribuer à protéger la plaie des contaminations.35

 

Pour les petites plaies superficielles, un gel hydrocolloïde de type Flamigel® peut être utilisé à la fois en cas de plaie sèche ou de plaie suintante : le produit permet d’hydrater la plaie lorsque celle-ci est sèche et absorbe l’excès d’exsudat lorsque celle-ci est humide.1

Une plaie ouverte importante peut nécessiter une prise en charge médicale avec recours à de la colle chirurgicale, à des sutures à fil ou des agrafes.32,39

Plaie avec points de suture au niveau du genou droit

Pour en savoir plus :

Références

  • 1. Notice de Flamigel®.
  • 10. Encyclopédie Larousse Médical. Plaie. Information disponible sur : www.larousse.fr/encyclopedie/medical/plaie/15401 (consulté le 09/12/15).
  • 11. Battu V, Brischoux S. Les plaies : définitions et étiologie. Actualités pharmaceutiques. 2012;518:14-9.
  • 32. Assurance Maladie. Comment bien soigner une plaie ? Mis à jour le 16 juillet 2015. Information disponible sur : www.ameli-sante.fr/comment-bien-soigner-une-plaienbsp.html (consulté le 09/12/15).
  • 33. World Union of Wound Healing Societies (WUWHS). Principes de bonnes pratiques : L’exsudat et rôle des pansements. Document de consensus (2007). MEP Ltd : Londres, p.1.
  • 34. Evaluation des pansements primaires et secondaires. Révision des descriptions génériques de la liste des produits et prestations remboursables. 2007.
  • 35. Desmarais N et al. Soins de plaies et pansements : comment s’y retrouver (2e partie). Québec Pharmacie. 2005;52(10):691-7.
  • 36. Encyclopédie Larousse Médical. Nécrose. Information disponible sur : www.larousse.fr/encyclopedie/medical/n%C3%A9crose/14734 (consulté le 09/12/15).
  • 37. Bach C et al. « Cicatrices, cicatrisation, cicatrisation dirigée, pansements et traitement des séquelles » (chap 4) dans Collectif Chirurgie Plastique Réparatrice De la Face et du Cou, Volume 1 (2011). Elsevier Masson, p. 41-54.
  • 38. Assurance Maladie. Coupure Cutanée. Que faire en cas de coupure cutanée ? Mis à jour le 2 novembre 2015. Information disponible sur : www.ameli-sante.fr/coupure-cutanee/que-faire-en-cas-de-coupure-cutanee.html (consulté le 09/12/15).
  • 39. De Suremain N et al. Traitement des plaies « simples » : choix des différentes sutures. Archives de pédiatrie. 2011;18:344-48.
  • 40. Battu V, Brischoux S. Le traitement des plaies. Actualités pharmaceutiques. 2012;518:20-31.